Forum des Afghans francophones et des passionnés de l'Afghanistan
As Salam Aleykoum Wa Rahmatullah Wa Barakatuh

Soyez les bienvenu(e)s dans notre forum de discussion pour des Afghans francophones et des passionnés de l'Afghanistan partout dans le monde pour discuter en français sur des sujets divers et variés. Ici convergent des personnes, de tous âges et tous milieux, pour débattre, discuter, se cultiver, partager leurs connaissances et s'entraider.

Nous vous invitons à découvrir les sujets existants sur le forum - n'hésitez pas à y participer !

Vous pouvez vous connecter via facebook, n'hésitez pas à inviter vos amis ! Smile
Forum des Afghans francophones et des passionnés de l'Afghanistan

Forum de discussion des Afghans francophones et des passionnés de l'Afghanistan


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Les Pays-Bas, premier pays de l'OTAN à quitter l'Afghanistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Admin

avatar
Admin
Admin
Les Pays-Bas, premier pays de l'OTAN à quitter l'Afghanistan

Les Pays-Bas sont devenus le premier pays de l'OTAN à mettre fin à leur mission de combat en Afghanistan, baissant le rideau dimanche sur une opération de quatre ans très impopulaire dans la population néerlandaise.

Le départ de ce petit contingent, de près de 1.900 hommes, ne devrait pas affecter la situation sur le terrain. Mais il est important sur le plan politique parce qu'il intervient dans un contexte de recrudescence de violences meurtrières.

Le Canada a annoncé qu'il allait retirer ses 2.700 militaires en 2011, et le président polonais Bronislaw Komorowski a promis de retirer les 2.600 soldats de son pays l'année suivante. AP

http://fr.news.yahoo.com/3/20100801/twl-afghanistan-otan-pays-bas-fcd69a8_2.html

Voir le profil de l'utilisateur http://afghanfrancophones.forumactif.com

Admin

avatar
Admin
Admin
Afghanistan : le retrait hollandais relance le débat sur la guerre


Les autres pays pourraient être tentés de se désengager, alors que les fuites sur Wikileaks fragilisent encore la coalition.

L'engagement des 1 950 soldats néerlandais dans la guerre d'Afghanistan a pris fin dimanche, ce qui fait des Pays-Bas le premier pays à retirer ses troupes d'un conflit aux allures de bourbier.

La décision a été prise il y a plusieurs mois, après une crise politique à La Haye, mais elle tombe en plein débat sur la stratégie américaine et occidentale provoqué par la divulgation de milliers de documents confidentiels par le site Wikileaks.

La demande de renforts adressée au début de l'année aux Etats membres de la coalition avait provoqué un vif débat aux Pays-Bas, et entraîné la chute de la coalition gouvernementale en février. La décision avait été alors prise de retirer le contingent néerlandais qui était stationné dans la région d'Uruzgan, une zone difficile du sud de l'Afghanistan.

Au cours de leur intervention, les Néerlandais ont perdu 24 soldats, dont le propre fils du chef d'état-major de l'armée nationale, le général Peter van Uhm.
Le Canada se fait hésitant et l'Otan s'inquiète

Le correspondant de la BBC à Bruxelles souligne qu'au siège de l'Otan, on surveille avec anxiété l'impact de ce premier retrait majeur d'un pays contributeur à la force internationale de 145 000 hommes engagée en Afghanistan, et ses conséquences sur la stratégie occidentale dans ce pays.

D'autant qu'un autre pays important, le Canada, qui a payé un prix humain particulièrement lourd, se pose lui aussi la question d'un retrait de son contingent l'an prochain.

En France, pas de risque : aucun vrai débat sur l'engagement des troupes françaises depuis bientôt neuf ans n'est engagé. Electro-encéphalogramme estival plat après les révélations de Wikileaks. La question que je posais en février, « pourquoi les Français oublient-ils la guerre en Afghanistan ? », reste valable, malgré les 45 morts enregistrés par la France, et une absence totale de visibilité politique.

C'est moins vrai dans les autres pays de la coalition, tous traversés par des débats sur un engagement qui apparait de plus en plus sans issue, un sentiment renforcé par la lecture des documents de Wikileaks.
Wikileaks provoque le débat aux Etats-Unis

Mais c'est évidemment aux Etats-Unis, le pays leader dans l'engagement militaire et celui qui contribue l'essentiel des troupes, que le débat est le plus vif. La diffusion de 92 000 documents militaires confidentiels a mis le conflit d'Afghanistan au coeur du débat politique.

Le pays s'est divisé sur l'initiative de Wikileaks et sur le sort du soldat Bradley Manning, qui aurait sorti une grande partie de ces informations. C'est, en nombre plus qu'en importance évidemment, la plus grande fuite de documents confidentiels de l'histoire américaine !

Manning, 22 ans, qui était attaché à un centre d'analyse du renseignement basé à 40Km de Bagdad, vient d'être transféré dans une prison militaire d'une base de Marines de Virginie, après un passage en détention au Koweit.

Il sera jugé pour une première fuite retentissante, celle d'une vidéo de bord d'un avion de combat américain qui avait tiré sur un groupe de personnes à Bagdad, tuant notamment deux employés de l'agence britannique Reuters. La vidéo s'était retrouvée sur Wikileaks, et révélait des informations que l'armée refusait de communiquer aux familles et à la justice.

Bradley Manning est fortement soupçonné d'être également à l'origine des dernières révélations de Wikileaks, et risque de passer le reste de ses jours en prison, au minimum plusieurs décennies.


Le soldat Manning, héros ou salaud ?



Héros ou salaud ? L'opinion américaine se déchire sur le geste de ce soldat sans histoire, dont on ne connait qu'une seule photo d'identité qui montre un militaire banal.

Manning aurait perdu ses illusions en passant quatorze heures par jour, sept jours sur sept, plusieurs mois d'affilée sur des documents confidentiels liés aux engagements militaires américains en Irak et en Afghanistan.

L'establishment politico-militaire américain est monté de manière prévisible au créneau pour dénoncer la révélation de documents « qui n'apportent rien » et « mettent en danger la vie » des « boys » et de leurs informateurs afghans.

Mais il est une autre Amérique, qui considère que Bradley Manning a agi selon sa conscience et a eu raison de révéler des documents qui ont le mérite de faire s'interroger sur le sens d'un engagement initialement consensuel après le 11 septembre, et qui s'est égaré depuis.

Sur les networks américains, on a pu voir face à face des généraux à la retraite, comme l'ancien commandant de l'Otan le général Wesley Clark, et les protagonistes d'une autre fuite retentissante, celle des « documents du Pentagone » de l'époque de la guerre du Vietnam, en 1971, qui avaient provoqué un tournant dans le soutien de l'opinion à la guerre.

Sur CNN, Daniel Ellsberg, l'ancien analyste de la Rand Corporation, qui avait communiqué les « Pentagon papers » au Washington Post, s'est enthousiasmé pour le geste de Bradley Manning qu'il a situé dans la droite ligne de sa propre action 40 ans plus tôt.
L'administration Obama devra donner des réponses concrètes

Ceux qui considèrent Manning comme un « héros » sont sans doute minoritaires dans l'opinion, mais ils risquent de se retrouver plus nombreux si l'administration Obama n'apporte pas des réponses concrètes à leurs questions dans les prochaines semaines et mois.

* Quid du Pakistan et de l'engagement de ses services de renseignement en faveur des talibans, secret de Polichinelle confirmé par les documents de Wikileaks et que vient de poser également publiquement le premier ministre britannique David Cameron ?

* Comment réduire les pertes civiles qui s'avèrent bien supérieures à ce qu'admettent les communiqués officiels ?

* Quelle stratégie de sortie d'Afghanistan si une victoire militaire est impossible, et qu'aucune perspective politique n'est en vue ?

Barack Obama pouvait espérer avoir calmé le débat en présentant sa stratégie il y a quelques mois : un « surge » (le mot vient de la guerre d'Irak avec l'augmentation des effectifs américains, qui a eu un certain effet sur l'intensité du conflit) du nombre de troupes pour une période limitée, et un désengagement progressif en 2011 au profit d'une armée afghane renforcée.

La première alerte pour l'administration est venue lors de la crise suscitée par les propos du général Stanley McChrystal, commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, au magazine Rolling Stone et des doutes qu'il exprimait sur le leadership politique américain, affaire vite réglée par le limogeage du général et son remplacement par un « poids lourd » militaire, le général David Petraeus, justement celui du « surge » irakien.

La deuxième alerte est donc l'affaire Wikileaks, qui soulève des questions de fond sur l'engagement occidental en Afghanistan.

Alors que les mois de juin et juillet ont été les plus meurtriers pour les forces américaines en Afghanistan depuis 2001, avec 166 soldats tués, Obama est désormais contraint de surveiller aussi le « front » intérieur. On sait, depuis le Vietnam, que c'est là, aussi et sans doute surtout, que se gagnent ou se perdent les guerres extérieures.

Photos : des soldats néerlandais regardent la finale de la Coupe du monde dans une base militaire près de Kaboul (Ahmad Masood/Reuters) ; le soldat Bradley Manning, accusé d'être à l'origine des fuites de Wikileaks (DR).

Voir le profil de l'utilisateur http://afghanfrancophones.forumactif.com

afghanterminator

avatar
Citoyen Afghan
Citoyen Afghan
Ils ont fait du bon boulot à Uruzgan, ils seront remplacé par des américains et canadiens...

Voir le profil de l'utilisateur

Fawad

avatar
Réfugié Forumique
Réfugié Forumique
afghanterminator a écrit:Ils ont fait du bon boulot à Uruzgan, ils seront remplacé par des américains et canadiens...

Salam

oui ils ont fais un bon bouleau mais ils partent maintenant

Le gouvernement Karzai avait une réelle chance de construire le pays une armée etc au lieu de ça ils se sont rempli les poches. Maintenant ils vont tous partir et karzai aussi va partir et l'Afghanistan redeviendra un terrain de guerre civile entre les chefs de guerre et les talibans

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum